Bilan 2017, les fenêtres se rebiffent

Comme tous les ans, l’organisme TBC Innovations vient de rendre public sa nouvelle étude concernant le marché des fenêtres en France. 2017 étant terminé, il est temps de tirer le bilan de cette année mouvementée à bien des égards. Chiffres clés, volume, répartition, voici tout ce que vous devez savoir à propos de cette enquête.

La première chose à souligner est qu’une nette reprise du marché est a été constatée en 2016 avec une augmentation du volume des ventes de 3% par rapport à l’année précédente. Une inversion de tendance notable étant donné que le France restait sur 7 années de baisse consécutives ! Selon les professionnels du secteur, ce bon bilan est notamment dû à un excellent premier semestre, le second étant plus tendu.

Concernant la répartition, c’est sans surprise que la rénovation reste solide leader devant le marché du neuf avec un rapport deux tiers/un tier. Plusieurs facteurs contribuent à cette embellie du secteur du bâtiment : les ventes en promotion immobilière relancées, l’augmentation des mises en chantiers des logements collectifs, le maintien des incitations fiscales… Le marché de la fenêtre s’en est donc retrouvé boosté.

Enfin, l’étude TBC s’est également attardée sur l’aspect cosmétique des fenêtres vendues en 2016. Résultat des courses, on observe une forte progression des fenêtres colorées. PVC ou aluminium, 31% des fenêtres vendues en 2016 ne sont pas blanches contre 28% en 2015. Pour les matériaux, tous profitent de la reprise du marché. Le PVC consolide sa place de leader tandis que l’aluminium continue de grappiller des parts de marché avec désormais plus du quart des ventes.

Méthodologie de l’étude TBC :
TBC a réalisé une enquête quantitative en interrogeant par téléphone 400 professionnels de la menuiserie afin d’évaluer le marché, les volumes posés en 2016 et d’analyser les enjeux de la filière.
Les acteurs interrogés sont :
– des menuisiers poseurs indépendants, des artisans traditionnels assembleurs de fenêtres bois, des menuisiers assembleurs de fenêtres PVC et/ou aluminium, des entreprises appartenant à des réseaux de fabricants industriels, des enseignes et agences, des groupements d’achats ;
– des points de vente de négoces matériaux et des GSB, grandes surfaces de bricolage.

 

Et si vos volets devenaient intelligents ?

Depuis quelques années, beaucoup d’innovations visent à rendre les objets de plus en plus connectés, afin de répondre à plus de besoins. Avec l’avènement de l’IoT (Internet of Things), les volets ne dérogent pas à cette règle !

Et si vous n’aviez pas besoin de vous occuper de vos volets ? Qu’ils agissent sans que vous n’ayez besoin d’y penser ? C’est désormais envisageable grâce aux évolutions technologiques liées à l’automatisation de vos volets roulants. Il est aujourd’hui possible de disposer d’un volet roulant avec un moteur ultra silencieux, capable de se déclencher automatiquement grâce à des capteurs photoniques (de lumière). On peut par exemple imaginer un réveil en douceur avec vos volets qui se déclenchent de la position nuit (fermé) à la position jour (ouverte) automatiquement à vitesse ultra lente, pour profiter d’un réveil 100% naturel.

On peut aussi utiliser une commande à distance grâce à une application sur son smartphone, tablette ou ordinateur. Imaginez, vous êtes parti en vacances en oubliant de fermer les volets ? Pas de problème, vous prenez la main en quelques secondes avec votre téléphone, d’autant que ces modèles sont équipés de détecteurs permettant d’éviter les contacts et la casse en cas d’un objet malheureux sous le rideau lors de la fermeture !

N’hésitez pas à demander conseils à un professionnel si vous souhaitez avoir plus d’informations !

A qui faire appel pour poser ses fenêtres

La pose des fenêtres n’est pas quelque chose à prendre à la légère. La qualité de la fenêtre ne sert à rien si elle est mal posée. Bien que la plupart des constructeurs de fenêtres proposent d’office de la poser lors de l’achat, il est possible de dissocier les deux achats. Dans ce cas, comment faire poser ses fenêtres ?

Une bonne pose est primordiale pour garantir l’isolation thermique, phonique et éviter les problèmes d’étanchéité. La pose des fenêtres, tout comme la pose des volets roulants, ne doit pas se faire à la va-vite, il s’agit de quelque chose de crucial. Par conséquent, il est fortement déconseillé d’essayer de les poser vous-même, sauf si vous êtes qualifié pour ce genre de travaux.

Il existe plusieurs personnes à qui faire appel pour faire poser vos fenêtres, gardez juste à l’esprit que si vous faites appel à un professionnel certifié RGE, vous êtes éligible à un crédit d’impôt de 30%, ainsi qu’à une TVA abaissée à 5,5%. D’autant qu’un professionnel certifié, en plus de faire office de conseil, dispose d’une assurance qui couvre les dommages éventuels causés lors de la pose !

Maintenant, à qui s’adresser ?

Les fabricants spécialistes : Les fenêtriers, experts en fenêtres, proposent souvent une large variété de modèles, matériaux et coloris. Que ce soit en série ou du sur-mesure, ils sont mieux qualifiés que quiconque pour poser leurs créations. Gros avantage, ils possèdent souvent un showroom afin de pouvoir mieux visualiser le produit que dans un catalogue.

Les artisans : Vitriers, menuisiers ou entreprises spécialisées en rénovation sont parfaitement capable de poser des menuiseries. Petit plus, ce sont souvent des gens dont vous avez entendu parler par du bouche-à-oreille, donc plus à même de leur faire confiance.

Les grandes enseignes de bricolage : Elles proposent généralement des solutions standardisées, qui conviennent donc aux dimensions traditionnelles.

 

Comment entretenir votre aérateur de fenêtre ?

Les nouvelles technologies en termes d’isolation permettent de réduire considérablement les déperditions d’énergies grâce à vos fenêtres. Elles rendent donc d’autant plus important les performances de vos aérateurs de fenêtres. Afin de les conserver en bon état, voici quelques conseils pour les maintenir propres.

Diminuer la condensation et les moisissures, renouveler de l’air intérieur et évacuer les odeurs, toutes missions sont dévolues à de votre aérateur de fenêtre, il serait donc judicieux d’en prendre grand soin ! Qu’ils soient mécaniques ou électriques, pour leur assurer le maximum d’efficacité, mieux vaut les nettoyer régulièrement. Une pratique qui devrait devenir automatique, surtout dans les zones très urbanisées.

Afin de pouvoir nettoyer les interstices, munissez-vous d’un couteau plat, type couteau à beurre, et enveloppez-le dans un chiffon ou un sopalin recouvert de produit lave-vitre ou de vinaigre blanc, et nettoyez entre les barres de la grille. Si possible, démontez la façade, ou une partie de la bouche d’aération pour être plus efficace. Si vous arrivez à atteindre le filtre, n’hésitez pas à le rincer à l’eau claire.

Répétez cette opération aussi souvent que nécessaire. Si vous habitez en ville près d’une rue très passante, qu’il y a un grand nombre d’occupants dans le logement, si vous possédez des animaux domestiques, si vous fumez, ce sont autant de facteurs qui ont tendance à encrasser plus rapidement vos aérations.

La mention RGE expliquée

Si vous souhaitez effectuer des travaux de rénovation, le choix de votre partenaire est essentiel. Que ce soit pour la confiance, mais aussi pour bénéficier des aides de l’Etat. Peu de gens savent que pour pouvoir bénéficier de certaines aides d’Etat, il faut que l’artisan soit certifié RGE : Reconnu Garant de l’Environnement. Focus.

La mention RGE a été lancée conjointement par l’ADEME, l’Etat et les organisations professionnelles  comme la Capeb ou la Fédération Française du Bâtiment avec pour objectif de guider les particuliers à travers les nombreux labels et qualifications. Il permet une meilleure visibilité afin de trouver les professionnels les plus aptes à réaliser des travaux d’amélioration d’efficacité énergétique. A ce jour, on compte près de 60 000 professionnels certifiés RGE en France.

Cette mention RGE est délivrée par des organismes indépendants, pour pouvoir y prétendre, il faut donc être qualifié dans un certain domaine d’activité, concerné par cette certification. En voici quelques-unes :

Qualibat : Permet l’attribution de la mention RGE pour le domaine du chauffage et de l’isolation

Qualit’EnR : Pour l’attribution de la mention RGE pour les installations d’équipements mettant en valeur les énergies renouvelables.

Certibat : Pour les maitres d’œuvre ou les constructeurs de maisons répondant à différents critères de rénovation énergétique.

Mais aussi Céquami, Qualifelec et bien d’autres.

En résumé, s’adresser à un professionnel qui possède la mention RGE certifie que les ressources humaines et les compétences techniques répondent aux normes indispensables pour effectuer un travail de haute qualité et respectueux de l’environnement.

Actilys est bien évidemment certifié RGE et Qualibat pour vous proposer le meilleur accompagnement possible dans vos travaux de rénovation énergétique !

 

Menuiseries PVC ? Oui mais…

Pas pour tout le monde à Lyon ! L’hiver arrivant, les déperditions d’énergie sont au centre des débats et les menuiseries PVC répondent souvent bien à cette problématique. Sauf que tout le monde ne peut pas en profiter ! Petit tour d’horizon de ces laissés pour compte du PVC de par chez nous…

Les menuiseries PVC, bien que très bon marché avec un rapport qualité/prix très élevé, ne sont pas les bienvenues partout à Lyon. Les quartiers de la Presqu’Ile, du Vieux Lyon et de la Croix-Rousse, sont soumis à des normes très strictes car ces bâtiments sont sous protection historique. En dehors de ces zones particulièrement protégées, c’est le Code de l’Urbanisme qui s’applique et la Ville de Lyon se réserve le droit de refuser des travaux qui sont « de nature à porter atteinte au caractère du lieu ». Une législation qui n’est pourtant pas (plus) absolue…

Pour l’anecdote, il arrive parfois que la Ville ne soit pas omnipotente. Il y a quelques temps, un lyonnais a réussi à faire plier la Ville de Lyon dans un litige qui s’est fini au tribunal. La ville, conformément au code de l’Urbanisme, avait interdit le changement de fenêtre de ce résident, estimant que la composition tranchait trop avec les anciennes menuiseries du bâtiment. La faute au PVC qui ne s’accordait pas suffisamment avec le bois existant. Lors du procès, le Rapporteur public a finalement donné raison au requérant, estimant que la nouvelle fenêtre concorde avec un dessin qui se trouve sur la porte d’entrée de l’immeuble… !

Nous vous incitons tout de même à bien vous renseigner avant de vous lancer dans ce genre de travaux si vous habitez dans un quartier potentiellement concerné par ce genre de législations, afin d’éviter la case tribunal !

Fenêtres : quels joints choisir ?

Les premières températures automnales peuvent mettre à jour les défaillances de votre isolation. Avant d’entamer des travaux il existe un moyen simple et efficace de réduire les déperditions d’énergie à moindre de frais : refaire vos joints.

Avec un rapport qualité/prix imbattable, renouveler vos joints peut déjà vous permettre de réduire votre facture de chauffage et limiter les déperditions d’énergie. Réalisable vous-même et achetable dans n’importe quel magasin de bricolage, il peut rendre de fiers services ! Néanmoins, si vous vous êtes déjà retrouvé au rayon « joint » de votre magasin, vous devez savoir qu’il en existe plusieurs sortes. Mousse, silicone, métallique, voici donc un petit guide afin de savoir pour lequel opter.

Mousse : Très bon marché, il est le plus accessible mais est peu résistant. Il nécessite donc un changement et un entretien plus régulier

Caoutchouc : Le plus efficace et surtout proposant une plus grande longévité que son équivalent mousse. Néanmoins ses propriétés d’isolation acoustique sont supérieures à son isolation thermique.

Silicone : Le meilleur rapport qualité/prix. Facile à poser car s’appliquant au pistolet et très performant, tant sur le plan thermique que sur le plan acoustique.

Métallique : Plus rare, il n’en est pas moins le plus résistant. Délicat à la pose, il requiert souvent le savoir-faire d’un professionnel. Il est composé d’une partie fixe à clouer et d’une partie amovible qui vient isoler l’espace entre le dormant et l’ouvrant.

 

 

Clap de fin pour le CITE

Le Gouvernement a décidé de supprimer le crédit d’impôt pour la Transition énergétique (CITE) à partir de l’année prochaine pour les fenêtres, volets et portes d’entrée. Il sera tout d’abord réduit durant les 6 prochains mois, puis purement et simplement supprimé à partir de mars 2018. Explications.

Bye bye CITE… Depuis le début du mois d’octobre les travaux de remplacement des portes, fenêtres et volets isolants ne bénéficieront plus que de 15% du crédit d’impôt (contre 30% jusque-là). La raison invoqué par le Gouvernement est un coût trop important pour les gains énergétiques observés. D’autant que dans un contexte de réduction des dépenses publiques, le budget alloué à cette aide, estimé à 1,7 milliard aujourd’hui, devrait atteindre les 875 millions d’euros.

Une annonce qui n’a pas tardé à créer la polémique, de par sa soudaineté : «  Le calendrier est beaucoup trop resserré et ne laisse même pas aux artisans et entrepreneurs le délai nécessaire d’explication à leurs clients » a ainsi déploré Jacques Chanut, président de la Fédération française du bâtiment. Outre la brutalité de l’annonce, c’est aussi l’impact sur l’activité de la filière fenêtre qui est mis en lumière : « Cette décision est une catastrophe. Le taux de 30 % était sans doute trop fort, les fenêtres coûtaient peut-être cher au gouvernement (800 millions sur le 1,7 milliard d’euros de coût du CITE en 2016) mais mieux aurait valu une diminution progressive du taux du crédit d’impôt sur plusieurs années. Là, c’est trop brutal » alerte Patrick Bouvet, président de l’UFME.

Une incompréhension renforcée par les promesses faites par Nicolas Hulot lors du dévoilement de son plan national de lutte contre les passoires thermiques : « Comment peut-on afficher d’un côté des ambitions élevées de lutte contre l’effet de serre et saborder une mesure qui contribue efficacement à ces objectifs pour des raisons strictement budgétaires ? » déplore Jacques Chanut. Affaire à suivre…

Bien choisir la couleur de vos volets

Aussi étonnant que cela puisse paraître, selon la région où vous habitez, vous pouvez avoir une couleur, au du moins une teinte, imposée pour vos volets. Aussi, afin d’éviter tout impair, voici quelques informations qui peuvent vous éviter une mauvaise surprise si l’envie vous prenait de changer vos volets.

A chaque région sa couleur ! Que vous soyez dans le Nord ou en région PACA, dans les montagnes ou sur le littoral, les environnements et les codes couleurs diffèrent, et avec l’avènement du PVC, il devient très facile de choisir la couleur de vos volets… Cependant dans un soucis d’homogénéité, il peut exister des contraintes qui peuvent vous empêcher de laisser libre cours à vos envies les plus folles…

Si votre habitation se trouve dans une zone protégée, typiquement à côté d’un immeuble ou d’un bâtiment classé aux Monuments Historiques, certaines démarches supplémentaires peuvent entrer en ligne de compte, en plus de l’aval de l’Architecte des Bâtiments de France. Il est aisé de vérifier si vous êtes concerné par cette contrainte en vérifiant sur le site de la Direction Régionale des Affaires Culturelles (DRAC) de votre région.

Dans le cas où il s’avère que vous êtes effectivement dans une zone concernée, l’avis n’est obligatoire qu’en cas de co-visibilité, si votre demeure est visible directement du bâtiment et inversement.

Dernier cas de figure, bien plus répandu, concerne les lotissements et les copropriétés. Avant d’entamer les travaux, référez-vous au cahier des charges en vigueur dans la copropriété, mais surtout n’engagez les travaux qu’une fois l’autorisation de l’Assemblée des copropriétaires dans la poche !

Augmentez la protection de vos fenêtres

Une étude de l’Observatoire National de la Délinquance et des Réponses Pénales (ONDRP) a mis en évidence la propension des malfaiteurs à passer plus souvent par les fenêtres que par les portes en cas d’effraction. Plus fragiles et moins souvent suspectées, elles offrent une entrée de choix aux voleurs… Nous vous proposons donc de découvrir plusieurs astuces pour renforcer la sécurité de vos fenêtres.

Avant de commencer, sachez que des professionnels peuvent vous installer les éléments suivants.

Commençons par les verrous. Simples et peu onéreux, ce système consiste à bloquer l’ouvrant en position fermeture pour rendre impossible la manœuvre des poignées après un potentiel crochetage. On peut utiliser des goupilles ou simplement des vis à métaux. Plus recherché, on peut également poser des tasseaux, préalablement découpé aux bonnes dimensions, dans les feuillures des baies vitrées empêchant ainsi toute tentative d’ouverture de l’extérieur.

Le vitrage anti-effraction rencontre aussi un certain succès. Constitué d’un verre feuilleté, il résiste beaucoup mieux aux tentatives de bris de vitrage. Composé en général d’un double vitrage de 4 mm d’épaisseur et de 4 ou 6 films PVB, il permet de résister plus de 6 minutes à une tentative d’effraction. Largement de quoi décourager un malfaiteur ou permettre d’alerter le voisinage.

Vous pouvez également utiliser vos volets comme d’une barrière supplémentaire. Fermez vos volets lors d’une absence prolongée ! Si vous possédez des volets roulants, la pression exercée lorsque le tablier est tendu permet d’augmenter considérablement la sécurité.

Si tout cela ne suffit pas à vous rassurer, les systèmes d’alarme restent des alliés de choix pour protéger votre domicile !