La mention RGE expliquée

Si vous souhaitez effectuer des travaux de rénovation, le choix de votre partenaire est essentiel. Que ce soit pour la confiance, mais aussi pour bénéficier des aides de l’Etat. Peu de gens savent que pour pouvoir bénéficier de certaines aides d’Etat, il faut que l’artisan soit certifié RGE : Reconnu Garant de l’Environnement. Focus.

La mention RGE a été lancée conjointement par l’ADEME, l’Etat et les organisations professionnelles  comme la Capeb ou la Fédération Française du Bâtiment avec pour objectif de guider les particuliers à travers les nombreux labels et qualifications. Il permet une meilleure visibilité afin de trouver les professionnels les plus aptes à réaliser des travaux d’amélioration d’efficacité énergétique. A ce jour, on compte près de 60 000 professionnels certifiés RGE en France.

Cette mention RGE est délivrée par des organismes indépendants, pour pouvoir y prétendre, il faut donc être qualifié dans un certain domaine d’activité, concerné par cette certification. En voici quelques-unes :

Qualibat : Permet l’attribution de la mention RGE pour le domaine du chauffage et de l’isolation

Qualit’EnR : Pour l’attribution de la mention RGE pour les installations d’équipements mettant en valeur les énergies renouvelables.

Certibat : Pour les maitres d’œuvre ou les constructeurs de maisons répondant à différents critères de rénovation énergétique.

Mais aussi Céquami, Qualifelec et bien d’autres.

En résumé, s’adresser à un professionnel qui possède la mention RGE certifie que les ressources humaines et les compétences techniques répondent aux normes indispensables pour effectuer un travail de haute qualité et respectueux de l’environnement.

Actilys est bien évidemment certifié RGE et Qualibat pour vous proposer le meilleur accompagnement possible dans vos travaux de rénovation énergétique !

 

Menuiseries PVC ? Oui mais…

Pas pour tout le monde à Lyon ! L’hiver arrivant, les déperditions d’énergie sont au centre des débats et les menuiseries PVC répondent souvent bien à cette problématique. Sauf que tout le monde ne peut pas en profiter ! Petit tour d’horizon de ces laissés pour compte du PVC de par chez nous…

Les menuiseries PVC, bien que très bon marché avec un rapport qualité/prix très élevé, ne sont pas les bienvenues partout à Lyon. Les quartiers de la Presqu’Ile, du Vieux Lyon et de la Croix-Rousse, sont soumis à des normes très strictes car ces bâtiments sont sous protection historique. En dehors de ces zones particulièrement protégées, c’est le Code de l’Urbanisme qui s’applique et la Ville de Lyon se réserve le droit de refuser des travaux qui sont « de nature à porter atteinte au caractère du lieu ». Une législation qui n’est pourtant pas (plus) absolue…

Pour l’anecdote, il arrive parfois que la Ville ne soit pas omnipotente. Il y a quelques temps, un lyonnais a réussi à faire plier la Ville de Lyon dans un litige qui s’est fini au tribunal. La ville, conformément au code de l’Urbanisme, avait interdit le changement de fenêtre de ce résident, estimant que la composition tranchait trop avec les anciennes menuiseries du bâtiment. La faute au PVC qui ne s’accordait pas suffisamment avec le bois existant. Lors du procès, le Rapporteur public a finalement donné raison au requérant, estimant que la nouvelle fenêtre concorde avec un dessin qui se trouve sur la porte d’entrée de l’immeuble… !

Nous vous incitons tout de même à bien vous renseigner avant de vous lancer dans ce genre de travaux si vous habitez dans un quartier potentiellement concerné par ce genre de législations, afin d’éviter la case tribunal !

Fenêtres : quels joints choisir ?

Les premières températures automnales peuvent mettre à jour les défaillances de votre isolation. Avant d’entamer des travaux il existe un moyen simple et efficace de réduire les déperditions d’énergie à moindre de frais : refaire vos joints.

Avec un rapport qualité/prix imbattable, renouveler vos joints peut déjà vous permettre de réduire votre facture de chauffage et limiter les déperditions d’énergie. Réalisable vous-même et achetable dans n’importe quel magasin de bricolage, il peut rendre de fiers services ! Néanmoins, si vous vous êtes déjà retrouvé au rayon « joint » de votre magasin, vous devez savoir qu’il en existe plusieurs sortes. Mousse, silicone, métallique, voici donc un petit guide afin de savoir pour lequel opter.

Mousse : Très bon marché, il est le plus accessible mais est peu résistant. Il nécessite donc un changement et un entretien plus régulier

Caoutchouc : Le plus efficace et surtout proposant une plus grande longévité que son équivalent mousse. Néanmoins ses propriétés d’isolation acoustique sont supérieures à son isolation thermique.

Silicone : Le meilleur rapport qualité/prix. Facile à poser car s’appliquant au pistolet et très performant, tant sur le plan thermique que sur le plan acoustique.

Métallique : Plus rare, il n’en est pas moins le plus résistant. Délicat à la pose, il requiert souvent le savoir-faire d’un professionnel. Il est composé d’une partie fixe à clouer et d’une partie amovible qui vient isoler l’espace entre le dormant et l’ouvrant.

 

 

Clap de fin pour le CITE

Le Gouvernement a décidé de supprimer le crédit d’impôt pour la Transition énergétique (CITE) à partir de l’année prochaine pour les fenêtres, volets et portes d’entrée. Il sera tout d’abord réduit durant les 6 prochains mois, puis purement et simplement supprimé à partir de mars 2018. Explications.

Bye bye CITE… Depuis le début du mois d’octobre les travaux de remplacement des portes, fenêtres et volets isolants ne bénéficieront plus que de 15% du crédit d’impôt (contre 30% jusque-là). La raison invoqué par le Gouvernement est un coût trop important pour les gains énergétiques observés. D’autant que dans un contexte de réduction des dépenses publiques, le budget alloué à cette aide, estimé à 1,7 milliard aujourd’hui, devrait atteindre les 875 millions d’euros.

Une annonce qui n’a pas tardé à créer la polémique, de par sa soudaineté : «  Le calendrier est beaucoup trop resserré et ne laisse même pas aux artisans et entrepreneurs le délai nécessaire d’explication à leurs clients » a ainsi déploré Jacques Chanut, président de la Fédération française du bâtiment. Outre la brutalité de l’annonce, c’est aussi l’impact sur l’activité de la filière fenêtre qui est mis en lumière : « Cette décision est une catastrophe. Le taux de 30 % était sans doute trop fort, les fenêtres coûtaient peut-être cher au gouvernement (800 millions sur le 1,7 milliard d’euros de coût du CITE en 2016) mais mieux aurait valu une diminution progressive du taux du crédit d’impôt sur plusieurs années. Là, c’est trop brutal » alerte Patrick Bouvet, président de l’UFME.

Une incompréhension renforcée par les promesses faites par Nicolas Hulot lors du dévoilement de son plan national de lutte contre les passoires thermiques : « Comment peut-on afficher d’un côté des ambitions élevées de lutte contre l’effet de serre et saborder une mesure qui contribue efficacement à ces objectifs pour des raisons strictement budgétaires ? » déplore Jacques Chanut. Affaire à suivre…

Bien choisir la couleur de vos volets

Aussi étonnant que cela puisse paraître, selon la région où vous habitez, vous pouvez avoir une couleur, au du moins une teinte, imposée pour vos volets. Aussi, afin d’éviter tout impair, voici quelques informations qui peuvent vous éviter une mauvaise surprise si l’envie vous prenait de changer vos volets.

A chaque région sa couleur ! Que vous soyez dans le Nord ou en région PACA, dans les montagnes ou sur le littoral, les environnements et les codes couleurs diffèrent, et avec l’avènement du PVC, il devient très facile de choisir la couleur de vos volets… Cependant dans un soucis d’homogénéité, il peut exister des contraintes qui peuvent vous empêcher de laisser libre cours à vos envies les plus folles…

Si votre habitation se trouve dans une zone protégée, typiquement à côté d’un immeuble ou d’un bâtiment classé aux Monuments Historiques, certaines démarches supplémentaires peuvent entrer en ligne de compte, en plus de l’aval de l’Architecte des Bâtiments de France. Il est aisé de vérifier si vous êtes concerné par cette contrainte en vérifiant sur le site de la Direction Régionale des Affaires Culturelles (DRAC) de votre région.

Dans le cas où il s’avère que vous êtes effectivement dans une zone concernée, l’avis n’est obligatoire qu’en cas de co-visibilité, si votre demeure est visible directement du bâtiment et inversement.

Dernier cas de figure, bien plus répandu, concerne les lotissements et les copropriétés. Avant d’entamer les travaux, référez-vous au cahier des charges en vigueur dans la copropriété, mais surtout n’engagez les travaux qu’une fois l’autorisation de l’Assemblée des copropriétaires dans la poche !

Augmentez la protection de vos fenêtres

Une étude de l’Observatoire National de la Délinquance et des Réponses Pénales (ONDRP) a mis en évidence la propension des malfaiteurs à passer plus souvent par les fenêtres que par les portes en cas d’effraction. Plus fragiles et moins souvent suspectées, elles offrent une entrée de choix aux voleurs… Nous vous proposons donc de découvrir plusieurs astuces pour renforcer la sécurité de vos fenêtres.

Avant de commencer, sachez que des professionnels peuvent vous installer les éléments suivants.

Commençons par les verrous. Simples et peu onéreux, ce système consiste à bloquer l’ouvrant en position fermeture pour rendre impossible la manœuvre des poignées après un potentiel crochetage. On peut utiliser des goupilles ou simplement des vis à métaux. Plus recherché, on peut également poser des tasseaux, préalablement découpé aux bonnes dimensions, dans les feuillures des baies vitrées empêchant ainsi toute tentative d’ouverture de l’extérieur.

Le vitrage anti-effraction rencontre aussi un certain succès. Constitué d’un verre feuilleté, il résiste beaucoup mieux aux tentatives de bris de vitrage. Composé en général d’un double vitrage de 4 mm d’épaisseur et de 4 ou 6 films PVB, il permet de résister plus de 6 minutes à une tentative d’effraction. Largement de quoi décourager un malfaiteur ou permettre d’alerter le voisinage.

Vous pouvez également utiliser vos volets comme d’une barrière supplémentaire. Fermez vos volets lors d’une absence prolongée ! Si vous possédez des volets roulants, la pression exercée lorsque le tablier est tendu permet d’augmenter considérablement la sécurité.

Si tout cela ne suffit pas à vous rassurer, les systèmes d’alarme restent des alliés de choix pour protéger votre domicile !

Ai-je le droit de poser des volets ?

Lorsque l’envie nous prend de changer nos volets, on pense rarement à l’aspect juridique de la chose. Or, beaucoup de facteurs rentrent en ligne de compte, nous vous proposons donc de faire un tour d’horizon de ces facteurs avant de passer une commande.

L’installation de volets rentre dans le cadre des travaux de ravalement de façade, modifiant ainsi l’aspect extérieur de votre habitation. A ce titre, il existe donc des restrictions selon les municipalités, les régions, ou les copropriétés où vous habitez. Avant d’entamer les démarches nous vous conseillons donc de demander à votre mairie s’il existe des restrictions particulières concernant ce genre de travaux. Légalement, vous devriez recevoir une réponse sous un délai maximal d’un mois, en cas d’absence de réponse, la législation considère que l’autorisation est accordée. Si cela ne vous suffit pas, vous pouvez également demander une attestation de non opposition afin d’être totalement couvert. Sachez toutefois que cette autorisation a une durée de deux ans. Passé de délai, il vous faudra renouveler la demande si vous n’avez pas encore effectué les travaux.

Dans le cas où vous êtes copropriétaire d’un appartement dans un immeuble, l’installation ou le changement de volets doit faire l’objet d’une autorisation spécifique de l’Assemblée Générale des copropriétaires. A noter qu’il faut la majorité des voix de tous les copropriétaires pour l’adoption de la motion. En outre, l’Assemblée des copropriétaires a le droit d’exiger une assurance « dommage-ouvrages » pour ce type de travaux touchant à la structure de l’immeuble. Si vous outrepassez à cette demande, vous pouvez être tenu de remettre en état la façade si la demande est faite…

Les avantages du volet roulant

Le volet roulant a bon nombre d’avantages par rapport aux volets battants. A bien des égards, ils sont de formidables investissements et ce, pour plusieurs raisons. Voici quelques exemples.

Confort

Pouvoir fermer ses volets sans avoir à ouvrir les fenêtres. On n’y pense pas souvent mais ce détail peut prendre de l’importance lors de périodes de grand froids où l’ouverture des fenêtres entraine de la déperdition énergétique. De plus avoir des volets roulants permet la motorisation de celui-ci, que ce soit par interrupteur filaire ou radio.

Efficacité

Le rôle premier d’un volet est de fournir de l’obscurité. Si votre volet roulant est bien posé, il est être totalement hermétique à la lumière, procurant une intimité absolue.

Sécurité

Les volets roulants offrent également une meilleure sécurité que des volets traditionnels. PVC ou aluminium, une fois le tablier baissé à fond, il devient un véritable rempart qui constitue une barrière supplémentaire pour protéger votre habitat des malveillances.

Isolation

Que ce soit en été ou en hiver, le volet roulant est bien supérieur à ses concurrents lorsqu’il s’agit d’isolation thermique. En hiver il permettra donc de protéger votre habitat contre les déperditions d’énergies en réduisant la facture de chauffage. A contrario, en été, il peut réfléchir les rayons lumineux et ainsi garder le frais à l’intérieur. Il permet également une excellente isolation phonique. La pose d’un joint en silicone le long des coulisses permet de réduire les nuisances extérieures qui peuvent altérer votre quotidien.

Volets roulants, tentez l’électrique !

Le volet roulant a apporté son petit lot de révolution. Traditionnellement à manivelle ou à sangle, il est aujourd’hui supplanté par l’électrique qui lui est supérieur à bien des niveaux. L’occasion d’y jeter un petit coup d’œil.

Armé d’un moteur dans le tambour qui fait s’enrouler les lames du tablier, le volet roulant électrique est aujourd’hui très prisé car offrant plus de garanties de que prédécesseur, surtout d’un point de vue sécuritaire. En effet, un volet roulant motorisé labellisé VRS (volet roulant sécurité) permet d’offrir un blocage automatique du tablier en cas de tentative d’intrusion. Il est même possible de relier une alarme à celui-ci afin d’avertir lorsqu’une personne tente de forcer le passage.

De plus, de par sa simplicité d’utilisation, il est de loin le plus pratique, vous permettant de le fermer sans avoir à ouvrir les fenêtres, tout en offrant la meilleure isolation thermique et phonique possible.

AU final, son seul véritable inconvénient se résume à son prix qui est plus élevé que pour des volets plus traditionnels. Il peut également poser quelques problèmes lors du raccordement car pour certaines installations, le circuit électrique n’est pas forcément très accessible.

Conséquence directe, nous vous recommandons fortement de faire appel à des professionnels pour poser vos volets roulants électriques pour éviter tout impair avec le raccordement électrique.

Si toutefois vous souhaitez essayer de poser vos volets roulants électriques tout seul, prenez les bonnes dispositions pour le bon déroulement du processus comme éteindre le circuit associé avant de commencer les raccordements.

Une fois toutes ces étapes terminées, il faut passer au réglage du moteur pour gérer la montée et la descente lors de l’actionnement de l’interrupteur. Une fois encore, nous vous conseillons de faire appel à un professionnel pour cette étape. Sinon lisez bien les instructions du manuel !

Comment entretenir ses menuiseries alu?

L’aluminium est une matière très prisée pour son esthétique. Son côté moderne et sobre lui offre souvent une place de choix lorsqu’il s’agit de choisir le matériau de ses menuiseries. Néanmoins, s’il s’agit d’une pièce de votre décoration, il faut bien l’entretenir. Voici donc quelques conseils pour bien nettoyer vos menuiseries alu.

Nettoyer vos menuiseries semble assez évident à première vue, mais lorsque l’on s’attelle au grand ménage, il n’est pas rare de zapper cette tâche. Rassurez-vous, rien de bien sorcier !

Selon l’endroit où vous habitez, la pollution aura plus ou moins raison de vos menuiseries. En centre-ville, préparez-vous à affronter la pollution urbaine, alors que la périphérie présente moins de risque. La fréquence de nettoyage pour les zones peu urbanisées est d’une fois par an. A contrario, pour les habitants de zones urbaines il est recommandé de pratiquer un nettoyage semestriel.

Concernant le nettoyage en lui-même, rien d’exceptionnel. Si vous entretenez régulièrement vos menuiseries, un simple frottement de vos menuiseries alu avec un mélange d’eau et de détergent traditionnel doux (entre 5 et 8 de pH) suffit. N’oubliez toutefois pas de rincez et d’essuyer avec un chiffon doux.

Si vos fenêtres sont vraiment sales, vous pouvez utiliser des produits « décrassant et lustrant » ainsi qu’un tampon synthétique pour plus d’efficacité. Une fois encore, ne pas oublier de rincer puis de sécher avec un chiffon.

Si vous vous posez des questions plus poussées sur l’entretien de l’aluminium, n’hésitez pas à aller vérifier sur le site de l’ADAL !