Clap de fin pour le CITE

Le Gouvernement a décidé de supprimer le crédit d’impôt pour la Transition énergétique (CITE) à partir de l’année prochaine pour les fenêtres, volets et portes d’entrée. Il sera tout d’abord réduit durant les 6 prochains mois, puis purement et simplement supprimé à partir de mars 2018. Explications.

Bye bye CITE… Depuis le début du mois d’octobre les travaux de remplacement des portes, fenêtres et volets isolants ne bénéficieront plus que de 15% du crédit d’impôt (contre 30% jusque-là). La raison invoqué par le Gouvernement est un coût trop important pour les gains énergétiques observés. D’autant que dans un contexte de réduction des dépenses publiques, le budget alloué à cette aide, estimé à 1,7 milliard aujourd’hui, devrait atteindre les 875 millions d’euros.

Une annonce qui n’a pas tardé à créer la polémique, de par sa soudaineté : «  Le calendrier est beaucoup trop resserré et ne laisse même pas aux artisans et entrepreneurs le délai nécessaire d’explication à leurs clients » a ainsi déploré Jacques Chanut, président de la Fédération française du bâtiment. Outre la brutalité de l’annonce, c’est aussi l’impact sur l’activité de la filière fenêtre qui est mis en lumière : « Cette décision est une catastrophe. Le taux de 30 % était sans doute trop fort, les fenêtres coûtaient peut-être cher au gouvernement (800 millions sur le 1,7 milliard d’euros de coût du CITE en 2016) mais mieux aurait valu une diminution progressive du taux du crédit d’impôt sur plusieurs années. Là, c’est trop brutal » alerte Patrick Bouvet, président de l’UFME.

Une incompréhension renforcée par les promesses faites par Nicolas Hulot lors du dévoilement de son plan national de lutte contre les passoires thermiques : « Comment peut-on afficher d’un côté des ambitions élevées de lutte contre l’effet de serre et saborder une mesure qui contribue efficacement à ces objectifs pour des raisons strictement budgétaires ? » déplore Jacques Chanut. Affaire à suivre…