Refonte des aides financières, ce qu’il faut savoir

Le Gouvernement vient d’annoncer leur grand plan de rénovation énergétique des bâtiments. Après plus de trois mois de concertation, Jacques Mézard et Nicolas Hulot ont dévoilé la feuille de route d’ici la fin du quinquennat. Tour d’horizon des modifications à prévoir.

Parmi les grandes réformes de ce plan de rénovation énergétique, le principal changement concerne le Crédit d’Impôt pour la Transition Energétique (CITE). Les modifications apportées au CITE visent à corriger certaines imperfections pointées par le Gouvernement. L’ancienne mouture avait pour particularité de profiter principalement aux ménages plutôt aisés, et aux propriétaires occupants de maisons individuelles. Rappelons que le CITE était basé sur un remboursement d’impôt, donc nécessitait une avance de la somme remboursée à posteriori. La nouvelle mouture devient donc une prime accessible dès la mise en place des travaux permettant ainsi aux ménages les plus modestes d’assurer la dépense nécessaire pour entamer les travaux. A noter le que le nouveau CITE est entré en vigueur en juillet 2018, il est donc d’ores et déjà possible de bénéficier de cette prime CITE.

L’éco-PTZ est également dans le viseur de cette réforme. Prolongé sur toute la durée du quinquennat, il sera néanmoins grandement simplifié à l’horizon 2019, afin d’être plus en phase avec le nouveau CITE. Ainsi, la refonte du PTZ verra l’instauration d’un plafond de prêt forfaitaire, déterminé élément par élément, aligné sur la nomenclature du nouveau CITE. Plusieurs autres modifications devront également voir le jour, notamment concernant l’uniformisation de la durée de prêt quels que soient le type de travaux, la souplesse entre la date d’émission du prêt et du début des travaux, la numérisation et la fluidification des démarches… Affaire à suivre donc.